Yohji Yamamoto


Yohji Yamamoto

Le 30 octobre dernier, Yohji Yamamoto, couturier japonais, a inauguré une nouvelle boutique à Paris, rue Cambon. L'espace a été pensé par une architecte anglaise Sophie Hicks, selon le même concept de ses boutiques à Anvers et New-York.

Extérieur et intérieur de la boutique rue Cambon

J'ai eu la chance d'assister à l'inauguration de la boutique, jeudi dernier...et par la même occasion, voir Yohji Yamamoto.

J'ai assisté plusieurs fois à des vernissages mais jamais à l'inauguration d'une boutique de prêt-à-porter de luxe ! Je dois dire que la mode est un autre monde ! Les personnes présentes étaient toutes habillées très tendances, voire un peu excentriques pour certaines (très mode, diront d'autres).

La boutique est toute blanche, très épurée et s'étend sur 3 niveaux : sous-sol, rez-de-chaussée et 1er étage. Au rez-de-chaussée, 5/6 mannequins portent la dernière collection de Yohji.

Au 1er étage, on retrouve la collection sur 2/3 mannequins et posée sur cintres. A chaque extrémité de l'espace, il y a un petit salon où la moquette est si moelleuse qu'on s'y enfonce avec délectation ! Impréssionnant ! Dans ces salons, il y a quelques banquettes et des oreillers pour s'adosser. C'est là également qu'il y a les cabines d'essayage (aussi grande que ma cuisine, soit dit en passant !).

Au 1er étage, j'ai pu "visiter" les toilettes qui contrairement à l'ensemble de la boutique, étaient entièrement peint en une peinture laquée bleu roi... ça tranchait avec le blanc de la boutique, on se croirait dans un autre monde, une fois dans les toilettes ! En plus des escaliers, un ascenseur distribue chaque étage.


Porte et vue de l'entrée de la boutique rue Cambon

"De longs cheveux noirs et une courte barbe encadrent son visage étonnamment jeune. Une pièce mansardée lui sert de bureau, au-dessus de la nef de pierre d'un ancien entrepôt de la rue Saint-Martin, son siège parisien. L'état des poutres rongées par les ans est un premier indice : la façade, tatemae, dissimule toujours blessures et émotions.


Yohji Yamamoto vit entre Paris et Tokyo, où il a son atelier. A 65 ans, la mémoire du passé le hante et nourrit son art. Au risque de provoquer un tollé, comme en 1981, en présentant, pour la première fois, à Paris, sa collection. Les vêtements usés, déchirés, lainages passés à la machine à laver pour les vieillir encore, sur des mannequins aux pieds nus dans la Cour carrée du Louvre, avaient eu l'effet d'une douche froide sur un Paris habitué aux perles de Chanel."
Florence Evin, Le Monde, 5 novembre 2008

2 commentaires

  1. Ah ! Le monde de la mode… souvent critiqué par ceux qui ne connaissent pas. Une belle visite, (dommage qu’on ne puisse pas cliquer sur l’image pour l’agrandir)

    RépondreSupprimer
  2. Ta ptite soeur (L)07 février, 2009

    Oh j'aurais trop aimée y allez moi aussi... Même pas tu me la dit méchante vah hiihi =P

    Sa devait être troop beau, en plus j'aime troop la mode (à ma façon =P)

    Quand je viendrais a Paris, faudra qu'on y aille =P

    RépondreSupprimer