Lunettes noires pour nuit blanche...


Bon, je sais, c'est plutôt facile mais je trouve que ça tombait bien pour vous parler de la prochaine nuit blanche de Paris qui a lieu le 3 octobre prochain.

Et oui, le 3 octobre, vous pourrez participer à la 8e édition de la nuit blanche de Paris. Le principe : découvrir différents sites parisiens sous un autre regard, notamment le regard d’un artiste contemporain et bien sûr de nuit ! Cette année, au programme : le 104, le parc des Buttes Chaumont, le forum des Halles, le théâtre du Chatelet, la piscine Pailleron, l’Hôtel de Ville, entre autres.

Depuis la 1ère édition, la nuit blanche s’est, également, développée en province (Amiens, Charleville-Mézières, Metz…), en Europe (Amsterdam, Barcelone, Bruxelles, Riga, Bucarest, Brescia…) et dans le reste du monde (Montréal, Tel Aviv, Miami Beach, Toronto…).

Je ne vous parlerai pas de cette nuit blanche, ni ne vous fournirai de photos. Tout simplement parce que je n’y participerai pas. J’ai fait la toute 1ère nuit blanche en 2002, attirée par la nouveauté. Au final, j’ai marché toute la nuit et je n’ai rien vu car sur chaque site il y avait des dizaines et des dizaines de personnes qui attendaient dehors pour pouvoir entrer… alors je sais, c’était la « rançon de la gloire », l’attrait de la nouveauté, la curiosité de tous les parisiens mais quelque chose me dit que ça n’a pas beaucoup changé !

Toutefois, je pense sincèrement qu’il faut le faire au moins une fois dans sa vie pour découvrir l’ambiance particulière qui envahit les rues de Paris… Je vous conseille aussi de parcourir la ville en petit groupe : c’est quand même plus sympa…et surtout de chausser de bonnes baskets !

Bonne nuit !
Crédit photos : paris.fr et Internet

La Parisienne in La Parisienne !


Jeudi dernier, près du Printemps, une hôtesse Yves Saint Laurent (et oui, encore !!) m'a remis un journal présentant leur tout nouveau parfum : La Parisienne !

J'ai eu plus de chance que pour le manifesto...d'ailleurs, j'ai même pu tester le parfum, qui, je dois le reconnaître, sent très bon !

Et pour l'occasion de cette sortie, une opération marketing est également en place, sur le thème de la parisienne. Dans le journal, j'ai trouvé, également, un plan de Paris : "La Parisienne vous ouvre son carnet d'adresses", à travers 3 personnalités : Libre, Passionnée et Cosmopolite !

A noter, "qu'une attention particulière sera réservée par la marque Yves Saint Laurent dans certains de ces lieux aux 100 premières personnes se présentant munies du plan entre le 18 septembre et le 24 octobre 2009".

Si ça, c'est pas du super plan marketing, je ne sais pas ce que c'est !

Vous avez sans doute aussi entendu parler de la polémique concernant la publicité de ce parfum : comment Kate Moss, pur sujet britannique, peut elle être représentative de la parisienne ?? Je pense que seule la marque pourra vous répondre concernant ce choix !

video

Manifesto Yves Saint Laurent

Samedi 12 septembre, en allant découvrir l'exposition David Lynch aux Galeries Lafayette, j'ai croisé devant le magasin des hôtesses qui distribuaient de grandes enveloppes sur lesquels j'ai pu lire "Manifesto Yves Saint Laurent".

Elles distribuaient ces enveloppes aux passantes...enfin presque toutes ! En effet, il y a eu sélection : tout le monde n'a pas eu son enveloppe...et je fais notamment partie du lot des malchanceuses !!
Je suis passée devant elles au moins 4 fois, parfois même sans personne d'autres autour de nous et à aucun moment on ne m'a remis cette enveloppe. Certes je ne suis pas une fashion victim mais je suis comme la plupart des femmes, je m'intéresse à la mode et suis curieuse aussi de ce qui se fait du côté du luxe ! A priori, le manifesto Yves Saint Laurent n'était distribué qu'à certaines femmes...plutôt vexant !

Ceci dit, c'est quoi le Manifesto YSL ??? tout simplement un journal diffusant l'esprit de la dernière collection. Il était d'ailleurs distribué avec un sac en toile, représentant Christy Turlington, visage de la marque pour cette saison.

Crédit photo : lexpress.fr/styles

David Lynch aux Galeries


Depuis le 8 septembre et jusqu'au 3 octobre prochain, David Lynch est l'invité des Galeries Lafayette. Il a créé et réalisé 11 vitrines (sur le boulevard Haussmann) sur le thème "Machines, Abstraction and Women" et une exposition inédite (au 1er étage des Galeries), "I see Myself". L'exposition regroupe plusieurs lithographie ainsi qu'une sélection de courts-métrages diffusés dans une petite salle.

Les vitrines et les lithographies exposées sont très représentatives de l'univers glauque de David Lynch, que l'on retrouve également dans ses films (Twin Peaks, Blue Velvet...).
Personnellement, j'ai bien aimé 2/3 vitrines mais beaucoup moins les lithographies. Elles m'ont quelque peu dérangée... Les goûts et les couleurs, comme on dit, il en faut pour tout le monde !



Crédit photos : © La Parisienne du Nord

Octobre : le mois du cancer du sein


Vous avez sans doute remarqué depuis quelques jours dans les couloirs du métro et du RER des affiches avec un message fort : « en montrant mes seins, j’ai protégé ma vie. Faites comme moi ». Il s’agit d’une campagne pour le numéro d'octobre du magazine Marie Claire, sorti le 9 septembre et qui traite notamment de la prévention du cancer du sein.

1 femme sur 8 risque de développer un cancer du sein. Chaque année, un dépistage précoce permet de sauver des vies.


En octobre et depuis 16 ans, aura lieu la campagne de lutte contre le cancer du sein, organisée par l’association « Le Cancer du Sein, Parlons-En ! ». La vocation de cette association est de faire progresser la recherche et de convaincre les femmes de l’utilité d’un dépistage précoce.

"En 1993, Mrs Evelyn H. Lauder crée aux USA la "Breast Cancer Research Foundation" (BCRF -Fondation pour la recherche contre le Cancer du Sein), afin de soutenir l'innovation en matière de recherche clinique et génétique.

Aujourd'hui en France, une femme sur huit risque de développer un cancer du sein : "anticiper", "prévenir", "sensibiliser" sont des actions qui permettent de limiter efficacement les conséquences de cette maladie.

C'est cet espoir qui a réuni, pour la première fois il y a 16 ans, un groupe de cosmétique, Estée Lauder, un groupe de presse, Marie Claire et une association, animée par le professeur Claude Jasmin, NRB-Vaincre le cancer, tous trois membres fondateurs de l'association "Le Cancer du Sein, Parlons-en !". Ce partenariat français a été créé pour que le mois d'octobre de chaque année soit une plate-forme d'information, de sensibilisation, de dialogue et de lutte contre le cancer du sein". (in www.cancerdusein.org)

Je suis particulièrement sensible à cette cause. Ce mal m’a enlevée, il y a 2 ans, une amie qui m’était chère alors qu’elle venait d’avoir 30 ans, après 6 ans d’un long combat.

Aussi, j’engage toutes les femmes à ne pas hésiter à faire une mammographie. Par ailleurs, un geste simple peut également vous aider : palper vos seins de temps en temps afin de rechercher toute anomalie ou grosseur. Dans ce cas, consulter rapidement votre gynécologue pour pratiquer une mammographie ou une échographie mammaire.

"Aussi, pour que le dépistage devienne un acte évident pour toutes, Marie Claire a décidé de frapper un grand coup. En demandant à dix personnalités qui se font régulièrement dépister de poser seins nus, ce qu'elles n'avaient jamais fait auparavant. Par ce geste solidaire, elles nous disent : « En montrant mes seins, j'ai protégé ma vie. Faites comme moi. »


Par ce geste fort, elles banalisent le dépistage et convaincront peut-être les 30 % de femmes âgées de plus de 50 ans qui ne passent jamais une mammographie. Et aussi les autres, les plus jeunes, qui se sentent encore moins concernées.
Certes, le gouvernement a étendu le dépistage organisé et gratuit à tous les départements, et c'est bien. Mais il a, hélas, limité l'examen aux femmes de plus de 50 ans et de moins de 74 ans. On imagine bien évidemment les raisons comptables d'une telle restriction. Mais a-t-on compté en termes de vies sauvées ? Plus de 30 % des cancers du sein frappent les femmes avant 50 ans. Des cancers qui, de plus, évoluent parfois plus vite chez la femme jeune.

Aussi, non seulement nous vous conseillons ardemment de passer une première mammographie à l'âge de 35 ans et de faire chaque année un examen de palpation chez votre médecin, mais nous demandons au gouvernement d'organiser deux dépistages gratuits, à l'âge de 40 et 45 ans. Ceci sauvera des vies, et fera cesser le dangereux malentendu selon lequel les femmes ne risquent rien avant la cinquantaine". (in
http://www.marieclaire.fr/,cancer-du-sein-depistage-prevention,20213,34197.asp)

Gare à la grippe

Depuis l’annonce de plusieurs cas de grippe A (H1N1) au Mexique et son développement dans le monde, nous avons été informé, tout au long de l’été, de sa progression sur les différents continents et plus particulièrement des dispositions envisagées par le gouvernement français en cas de pandémie.

Début août, le syndicat Triangl’ des agents généraux de l’assureur Generali annulait son congrès prévu début octobre au Mans. Il s’agit d’un principe de précaution, car il y a une forte probabilité d’un pic de pandémie au mois d’octobre et d’un éventuel passage au niveau d’alerte 6.

Mi-août, on pouvait lire dans la presse que des sociétés pourraient être nombreuses à annuler leur séminaire, par peur de regrouper leur personnel en cas de propagation de la pandémie.
En effet, en cas de passage au niveau 6, les lieux de rassemblement important doivent fermer leurs portes.

C’est également sur ce principe de précaution et pour ne pas prendre le risque d’une annulation de dernière minute que Jean Louis David et Franck Provost ont annulé leur séminaire prévu sur la 2e quinzaine de septembre.

A qui le tour ?

Paris photographié au temps d'Haussmann


Le Louvre des Antiquaires propose jusqu’au 27 septembre 2009 une exposition de photos noir & blanc du 1er arrondissement de Paris, des vues anciennes du Paris d’avant Haussmann. Les photos ont été prises par Charles Melville entre 1852 et 1877.

On peut voir notamment les anciennes Halles de Baltard ainsi que l’Hôtel de Ville incendié ou même le percement de l’avenue de l’Opéra.

Je vous conseille de vous armer de patience car l’espace d’exposition n’est pas grand et il y a foule, en particulier le week-end…d’autant que l’entrée est libre !! En effet, les gens (comme dans toute exposition) s’agglutinent devant chaque œuvre, le nez collé aux quelques lignes de commentaires et ne vous laissent que l’équivalent d’un timbre poste pour apprécier la photo.

Malgré cet inconvénient, cette exposition vaut le détour pour apprécier les rues parisiennes en cette fin du XIXe siècle.
Profitez-en également pour faire un tour des boutiques d'antiquaires qui regroupent un grand nombre de pièces anciennes, dignes d'un musée.

La Place du Carroussel 1865

Crédit photos : Louvre-antiquaires.com