Madeleine Vionnet

Madeleine Vionnet dans son studio avenue montaigne vers 1930
Ensemble du soir, été 1935, modèle n° 4868
Depuis le 24 juin 2009…et jusqu’à demain, les Arts Décoratifs propose une rétrospective des collections d’une créatrice de mode du début du XXe siècle, Madeleine Vionnet.
Dernière salle de l'exposition © La Parisienne du Nord

J’y suis allée jeudi dernier et j’ai passé 1 heure émerveillée devant chaque robe et surprise par la beauté de tant de simplicité.

A noter, l’originalité de cette exposition : les cadres numériques de présentation des robes. Outre le descriptif des robes, étaient présentés des photographies de dépôt de modèles, des croquis.

Robe du soir, été 1926, modèle n°4305, Atelier Petit
Lamé argent, col à rabat en guipure (Photo © La Parisienne du Nord)
Cape du soir, 1924 au 1er plan
(velours façonné, fond satin, motifs feuilles noires à nervures blanches)
Robe du soir, été 1924, modèle n°2078 au 2nd plan
(lamé argent) [Photo © La Parisienne du Nord ]
Robe du soir, hiver 1930, modèle n°4289, Atelier Perrère
Mousseline grise brodée de motifs en croisillons en tubes argent et strass (Photo © La Parisienne du Nord)

Robe du soir, hiver 1930, modèle n°4226, Atelier Marguerite
Mousseline ivoire taillée en biais brodée
de motifs de nuages stylisés en tube argent. (Photo © La Parisienne du Nord)
Née en 1876, Madeleine Vionnet débute dans la couture en 1888, en tant qu’apprentie. A l’âge de 20 ans, elle part à Londres, prétextant vouloir apprendre l’anglais. Elle travaillera chez Kate Reily, qui habille les femmes de la haute société londonienne. Cette expérience donnera un élan à sa carrière.

A son retour en France en 1901, elle intègre la maison des trois sœurs Callot en tant que première d’atelier. Elle restera 5 ans jusqu’à ce que Jacques Doucet l’engage et lui confie sa maison de couture.

Le style Vionnet est plus léger : la silhouette est moins raide, moins ornée et surtout débarassée du corset, que Madeleine Vionnet n’apprécie absolument pas, le qualifiant d’accessoire orthopédique !

Robe du soir, hiver 1938
A droite : Photographie Studio Dax parue
dans L’Officiel de la mode, 1938, n°208

Robe du soir, hiver 1924

Elle décide de créer sa propre maison en 1912, au 222 rue de Rivoli, qui connaîtra un grand succès, surtout après la guerre, et son essor notamment grâce aux capitaux extérieurs.

Elle sera obligée de fermer sa maison de couture pendant la 1ère guerre mondiale. En 1923, elle s’installe dans un hôtel particulier au 50 avenue Montaigne.

Très en avance sur son temps en matière sociale, elle est attentive aux conditions de travail, soucieuse de la formation, généreuse sur les avantages en nature et octroie des congés payés (sans que la loi ne l’y oblique), des soins médicaux gratuits, des primes de naissance et crée une crèche. Elle est une femme d’affaires avisée et ainsi en évitant des déplacements inutiles, augmente sa productivité.

Malgré cette avance sociale, elle n’échappe pas aux grèves de 1936. Par la suite, différents événements (2e guerre mondiale, expiration du bail en 1939, retrait des investisseurs) auront raison de la maison de couture, qui sera liquidée, le personnel licencié et les robes et les stocks de tissus vendus aux enchères.

Madeleine Vionnet conservera malgré tout des archives qu’elle offrira en 1952 à l’UFAC (Union Française des Arts du Costume) soit 122 robes, 750 toiles patron, 75 albums photographiques de copyrights, des livres de comptes et des ouvrages issus de sa bibliothèque personnelle. Cette collection est désormais conservée par les Arts Décoratifs et dont nous avons pu profiter au cours de ces 6 derniers mois….et encore demain !

Photographie de dépôt de modèle, collection hiver 1938

Photographie de dépôt de modèle, collection été 1938

Photographie de depot de modèle collection été 1935

Le style Vionnet
Madeleine Vionnet se passe de croquis préparatoire et travaille sur un petit mannequin de bois articulé, qui lui permet d’avoir une vue d’ensemble, en 3 dimensions. Elle préfère les coloris unis et plus particulièrement le noir et le blanc. Beaucoup des robes présentées lors de cette exposition sont noir ou blanc crème. Il y a 2/3 robes en tissus imprimé et les seuls réels motifs que l’on peut voir sont des broderies ou des fleurs en tissus.

La 1ère guerre mondiale aura, par la force des choses, donné une allure moderne aux femmes. Le corset est définitivement supprimé, permettant une liberté de mouvement. Les vêtements deviennent plus confortables.

Ayant une excellente connaissance des qualités techniques des tissus, Madeleine Vionnet les exploite au maximum. Dès l’après-guerre, elle maîtrise la coupe en biais (on parle de biais quand le patron est posé dans la diagonale du tissu). Avec cette technique, le vêtement tombe différemment. Le biais donne une plus grande élasticité et les ourlets souples décrivent des godets et font virevolter la silhouette.

Robe, hiver 1920

Durant les années 20, Madeleine Vionnet opte pour des formes géométriques, les utilisant en pans libres, noués ou cousus, courts ou longs, drapés ou plats afin de créer des asymétries ou des symétries. Pour ce rendu, elle privilégie le crêpe. J’ai découvert lors de cette exposition une multitude de sorte de crêpe : crêpe d’Albène, crêpe marocain, crêpe Rosalba ( appellation commerciale, composé de crêpe de soie et albène [acétate] de la maison Blanchini-Fervier), crêpe de Chine, crêpe Georgette, crêpe satin, crêpe romain, crêpe « françoise » (appellation commune d’un type de crêpe dans les années 30).

Robe, hiver 1920 à plat

Robe du soir, hiver 1921


Robe, été 1922


Robe, été 1920

Au début des années 30, elle opte pour des coupes plus traditionnelles qui mettent en valeur les courbes naturelles du corps, qui s’évasent en corolle à partir de la taille. Dans la 2e moitié des années 30, « Madeleine Vionnet continue à élaborer des drapés mais abandonne les pans flottants pour un aspect épuré ». Tout en conservant le graphisme des années 20, elle s’éloigne des robes rectangulaires des années folles au profit de la rondeur. Les jupes sont coupées dans des cercles et les manches en forme ballon.

Robe du soir, été 1938



Robe du soir, hiver 1936
Collection été 1933

J’ai été marqué par la fluidité de l’ensemble de ses créations. Outre le crêpe, Madeleine Vionnet utilisait le taffetas, l’ottoman, la mousseline, le tulle, le voile de soie, la panne de velours, la chantilly (dentelle très légère), le lamé, la dentelle, l’organdi. Autant de matière qui permettent cette légèreté, cette souplesse de la silhouette.

Robe et cape du soir, hiver 1937

Les broderies sont réalisées par les ateliers Lesage qui inventa, d’ailleurs, une technique qui permettait de garder la souplesse du crêpe et de ne pas gêner le mouvement du biais : le « vermicelle droit fil » (les points de fixation des éléments brodés suivent le sens du tissu).
Crédit photos (sauf mention contraire) : Photos Les Arts Décoratifs, UFAC © Patrick Gries

Jeanne sur mon chemin...

En allant voir Madeleine ce soir, j'ai croisé sur mon chemin, Jeanne d'Arc ! Je l'ai trouvé magnifique dans la nuit...

"La statue de Jeanne d'Arc érigée place des Pyramides en 1874, devait participer au rétablissement de la confiance des Français après la défaite humiliante de 1870. Confiée à Fremiet, l'oeuvre sera fondue par les frères Thiébaut et trouvera sa place sur les lieux où l'héroïne nationale avait été blessée lors de sa tentative infructueuse de rentrer à Paris." (in Insecula.com)
De plus près, elle est encore plus belle !


Dépêchez vous d'aller voir l'exposition Madeleine Vionnet aux Arts Décoratifs. Il ne vous reste plus que ce week-end...
Très prochainement, je vous raconterais ma visite...
Crédit photos : © La Parisienne du Nord

C'est la semaine des concours !

Et de 2 pour cette semaine…et oui, moi, c’est tout ou rien ! et cette semaine, j’enchaine avec le 2e concours auquel je participe !

Celui là, c’est The Parisienne qui l’organise…Nathalie alias The Parisienne raconte chaque jour ses tribulations dans la ville…blog assez complémentaire à la Parisienne…une autre approche, un autre regard…

A l'occasion de ce concours, Nathalie nous fait découvrir une nouvelle marque : Zazazou.



"Zazazou travaille avec des matières telles que le coton bio, labélisé EKO de la certification SKAL, qui garantit que le coton est issu de l’agriculture biologique dans le respect du cahier des charges du commerce équitable GOTS. " (in The Parisienne)


Pour ma part, je trouve les ptites bonnes femmes de Zazazou très parisiennes. Elles ont un côté rétro, un côté "titi parisien" que j’aime beaucoup. Parmi les articles, il ne manque plus que le Tshirt !

L’idée est simple : dites ce que vous pensez de la marque, ce que vous aimeriez y découvrir via un commentaire sur le blog de Nathalie. Des articles Zazazou sont à gagner.

Dépêchez-vous ! Vous avez jusqu’au 3 février pour participer et c'est par ici que ça se passe !



Crédit images : Zazazou

Le mois de la fève !!

Montre-moi ta fève, je te dirai qui tu es… c’est le thème du concours que propose Chocoladdict en ce moment et jusqu’au 30 janvier !

Alors en voyant ça, je me suis dit que ce concours me correspondait très bien ! Et oui, je suis une galette-des-rois-addict !...et je ne suis, d’ailleurs, pas la seule à la maison !

Pour ma part, cette addiction, je l’ai depuis mon plus jeune âge…résultat : je mange des galettes des rois tout le mois de janvier …jusqu’à ce qu’elles disparaissent des étals des boulangeries et autres distributeurs !

Cette gloutonnerie de galettes me permet également de récupérer des fèves diverses et variées.

Cette année, nous avons acheté toutes nos galettes au même endroit. Le thème des fèves était "Avatar" ! La collection compte 12 fèves différentes.

Depuis le 1er janvier, nous avons mangé 5 galettes ! On pourrait se dire "chouette ! ils ont eu 5 fèves de la collection" ! T’as qu’à croire, comme dirait l’autre ! Sur les 5 fèves, nous avons eu 2 doublons…snif ! Résultat : seulement 3 fèves différentes !

Je sais que Chocoladdict demandait de montrer une seule fève mais je n'ai pas pu résister à vous montrer cette petite série...

Ce ne sont pas forcément les plus belles fèves, je vous l’accorde mais je trouvais cette "brochette" plutôt sympa à vous montrer !

Il reste une semaine avant la fin du mois. Alors encore une galette avant l’année prochaine ou non ??...On verra bien si on reste raisonnable…ou pas…

Comme il fallait faire un choix pour le concours, voici donc ma participation...


Crédit photos "fèves Avatar" : © La Parisienne du Nord

Un ptit tour chez nos voisins...Londres !! Part 1


Le week-end dernier, nous sommes allés à Londres !! 2 jours express où nous avons pu voir un maximum de choses, malgré la pluie quasi incessante du samedi et grâce au soleil et ciel bleu du dimanche (et oui, il ne fait pas que pleuvoir en Angleterre !!).

Voici notre programme en résumé…et le parcours en image !
Abbey Road







Oxford Street & Regent Street











Carnaby Street






Picadilly Circus











Baker Street : Beatles Store & It's Only Rock'n'Roll !!





Shaftesbury Avenue : la rue des comédies musicales !


Crédit photos : © La Parisienne du Nord